Densité réelle, densité perçue et habitat collectif, Cas de la ville de Biskra

Leghrib, Fouad (2017) Densité réelle, densité perçue et habitat collectif, Cas de la ville de Biskra. Doctoral thesis, Université Mohamed Khider - Biskra.

[img] Text
Mémoire_29_2017.pdf

Download (4kB)

Abstract

Essentiellement envisagée en termes quantitatifs, la densité du bâti a donné lieu durant le vingtième siècle à toute une série de recherches sur des formes urbaines et architecturales, néanmoins, depuis une dizaine d’années, on assiste à un regain d’intérêt pour la densité du bâti, mais selon une autre acception du terme impliquant une optique sensorielle et qualitative « densité perçue ». Cet intérêt porte en priorité sur l’habitat et plus précisément l’habitat collectif car il s’agit de la principale préoccupation des habitants lorsque l’on parle de densité. Répondre aux besoins de nouveaux logements, d’augmentation de la population, à inciter l’état à adopter la solution du logement collectif, cette nouvelle tendance induit une standardisation significative de la forme et de la conception architecturale et urbaine, cette situation a poussée l’usager à rejeter souvent l’idée de densité (ou de densification), associée à des perceptions négatives ou objet de malentendus (confusion par exemple entre densité et hauteur des immeubles).il a été régulièrement affirmé que la densité du bâti ne peut plus se limiter à sa dimension quantitative. Malgré le fait que l’utilité de la densité chiffrée ne soit pas fondamentalement remise en question, il faut reconnaître d’une part que les acteurs concernés cherchent de nos jours à se donner d’autres moyens pour la contrôler et d’autre part qu’on assiste aussi à un élargissement de sa définition, C’est pourquoi on s’est interrogé sur les conditions et les facteurs qui rendent acceptable, voire « désirable », la densité urbaine…et la densité humaine pour les habitants de façon à lever les contradictions entre densité réelle et densité perçue. Pour ce faire une hypothèse a été posée, elle suggère que dans la caractérisation de la densité perçue il semble qu’en plus de la densité mesuré (facteurs physiques), d’autres facteurs d’ordre personnel cognitif et socio - culturel, qui ont une relation à la satisfaction résidentielle influencent la perception de la densité dans les quartiers d’habitat collectif. Pour confirmer ou infirmer notre hypothèse, nous avons procéder à une enquête par questionnaire menée dans trois quartiers d’habitat collectifs a Biskra choisis selon deux critères, morphologique (niveau de densité) et chronologique (période de réalisation). De l’ensemble des résultats se dessine une opposition entre la perception de la densité et la densité réelle notamment le quartier des 1000logts qui a une très faible densité résidentielle mais perçue comme très dense, ainsi, la densité réelle ne reflète pas la densité perçue, d’âpres les résultats aussi, les facteurs qualitatif de la densité semble avoir plus d’influence sur la perception contrairement aux deux autre facteurs (cognitif individuel et socioculturel).

Item Type: Thesis (Doctoral)
Uncontrolled Keywords: Densité perçue, densité réelle, densité résidentielle, qualité architecturale, habitat collectif, perception, formes urbaines, satisfaction résidentielle
Subjects: T Technology > TH Building construction
Divisions: Faculté des Sciences et de la technologie > Département d'Architecture
Depositing User: Admin01 TMLBiskra
Date Deposited: 13 Sep 2017 13:21
Last Modified: 13 Sep 2017 13:21
URI: http://thesis.univ-biskra.dz/id/eprint/3002

Actions (login required)

View Item View Item