Architecture domestique en devenir. Formes, usages et représentations. - Le cas de Biskra -

SRITI, Leila (2013) Architecture domestique en devenir. Formes, usages et représentations. - Le cas de Biskra -. ["eprint_fieldopt_thesis_type_phd" not defined] thesis, Université Mohamed Khider – Biskra.

[img]
Preview
Text
architecture_domestique_en_devenir_.pdf

Download (14MB) | Preview

Abstract

« Analyser l’évolution de l’architecture domestique dans sa double consistance d’espace matériel (le cadre architecturé) et d’espace pratico-symbolique (usage et représentation) » tel est l’objectif de la présente recherche. Cet objectif est fondé sur une assertion selon laquelle, l’étude des transformations de l’architecture domestique nécessite l’analyse de la matérialité, des pratiques et des représentations. Lorsque ces éléments sont ré unis dans l’analyse dans une perspective diachronique, ils permettent de comprendre les mutations qui s’opèrent. Pour décrypter les mécanismes ayant engendré les mutations de l’architecture domestique et ainsi reconstituer la morphogénèse de l’habitation populaire, une hypothèse a été posée ; elle suggère que l’habitation individuelle autoproduite se réfère dans ses expressions contemporaines, à une structure spatiale traditionnelle, en même temps elle évolue par l’évolution de son usage et de son aspect extérieur. C’est la manière dont l’architecture domestique à Biskra se réfère à la tradition populaire et en même temps intègre des éléments nouveaux, tant au niveau des formes bâties qu’au niveau des pratiques quotidiennes, des perceptions et des significations, que nous avons voulu étudie r de manière approfondie dans la présente recherche. Pour ce faire, un cadre méthodologique à été élaboré, il se fonde sur une approche dynamique (diachronique) multidisciplinaire où l’architecture est associée à la fois à la sociologie et à la psychologie environnementale. Trois axes de recherches ont été investis : ⎯ L’axe «architectural» étudie la maison dans sa réalité matérielle et ses formes bâties, les méthodes requises dans cette approche relèvent des analyses typologiques, morphologiques et typo-morphologiques. Les données exploitées dans le cadre de ces différentes analyses sont essentiellement graphiques à savoir des plans archivés ou établis par nous-mêmes (relevés architecturaux), des cartes et des photos. L’axe architectural tente de caractériser l’architecture domestique d’un point de vue diachronique, la maison populaire est étudiée dans sa forme et sa consistance matérielle, les modalités de ses transformations sont mises en exergue. ⎯ L’axe socio-spatial a permis d’étudier l’expression des pratiques habitantes et leurs corollaires les modèles d’habiter. Ce deuxième axe de recherche fait prévaloir une approche de teneur à la fois sociologique et ethnologique. Il s’appuie sur l’analyse de l’espace social (habité) du fait qu’il est le lieu où se déploient les usages et les modes d’appropriation spatio-fonctionnelle, et ce faisant, il permet de faire une liaison entre un état de la société et sa traduction spatiale. L’étude de l’usage et des modalités d’appropriation de l’espace domestique a été effectuée sur la base de relevés ethno-architecturaux et d’entretiens. ⎯ L’axe « perceptuel » appréhende la maison en tant que lieu investi de significations, un espace riche de sens, où chaque composant joue un rôle déterminant par rapport à des données sociales et culturelles tant au niveau de l’usage et de la distribution des espaces de la vie domestique que du traitement plastique des éléments constructifs et décoratifs. Cet axe investit les expériences perceptives de différents groupes d’individus pour cerner les contours de l’« image mental e » qu’ils associent à la maison. L’axe « perceptuel » étudie les représentations sociales préfigurant l’image mentale de la maison et de l’habiter. Le cadre méthodologique élaboré à cet effet, s’appuie sur le discours des habitants relatif à la maison. En se conformant au cadre méthodologique élaboré et en se reportant aux spécificités sociales, urbaines et architecturales de la ville de Biskra, cette recherche s’est proposée d'investir l'architecture et l'espace domestique comme expression de modèles d’habiter en mutation. S’inscrivant dans une approche diachronique, l’étude a fait ressortir les traits morphologiques, techniques, pratico-symboliques et esthétiques du cadre bâti résidentiel autoproduit. L’esprit de la démarche consistait à étudier l’habitation populaire du point de vue d’une chronologie historique jalonnée de cinq strates temporelles restituant l’évolution urbaine de Biskra. Pour chaque époque l’habitation populaire a été caractérisée selon sa matérialité et relativement à la pratique et aux usages spatiaux dont elle est investie. A son issue, l’étude a réussi à retracer l’évolution de l’architecture domestique à Biskra et a abouti à l’élaboration d’une typologie généalogique de sa maison populaire. Elle a, en outre, permis de mieux discerner ce qui est en je u dans le processus de production et de transformation de l’habitation populaire. Le modèle vernaculaire, notamment, est au centre du processus évolutif générant les transformations de l’architecture domestique. Ce processus est sélectif, il maintient les aspects du modèle vernaculaire qui fondent les modes d’habiter tout en le soumettant à des remaniements structurels qui tendent à le faire évoluer. En évoluant le modèle vernaculaire intègre certains éléments neufs et modernes sous réserve qu’ils correspondent aux besoins des habitants, qu’ils répondent à leurs aspirations et qu’ils s’accordent à leurs représentations. Les choix effectués sont régis par la tradition populaire et portent sur l’ensemble des types d’habitat privé -expressions matérialisées de l’archétype de la maison populaire- qu’ils finissent par transformer. Ces transformations se manifestent sous différents aspects: spatiaux et morphologiques, fonctionnels et ethnosociologiques, esthétiques et représentationnels. Elles se distinguent selon qu’elles relèvent de motivations représentationnelles (tout ce qui concerne la façade) ou qu’elles soient induites par des pratiques et des usages quotidiens liés aux modes de vie plutôt stables et conformistes. Finalement, l’évolution de l’habitat privé ne peut s’expliquer que sous l’éclairage d’un contexte socioculturel dynamique qui juxtapose dans un même lieu, celui de la maison, l’expression des modèles d’habiter conventionnels et des signes de la modernité, la manifestation de l’être contre le paraître.

Item Type: Thesis (["eprint_fieldopt_thesis_type_phd" not defined])
Subjects: K Law > K Law (General)
Divisions: Faculté des Sciences et de la technologie > Département d'Architecture
Depositing User: Admin02 TMLBiskra
Date Deposited: 17 Jun 2014 10:54
Last Modified: 20 Oct 2014 14:43
URI: http://thesis.univ-biskra.dz/id/eprint/49

Actions (login required)

View Item View Item